Auto-entrepreneurs : pourquoi et comment candidater aux marchés publics ?

Accueil » Actualités » Auto-entrepreneurs : pourquoi et comment candidater aux marchés publics ?

Est-ce que s’intéresser aux marchés publics quand on est freelance, ça vaut le coup ? À l’heure où les indépendants sont de plus en plus nombreux dans la sphère pro, c’est LA question à un million. Chez Odecia, on y répond par un grand OUI… à condition toutefois de connaître les bonnes questions à se poser en amont pour que cette démarche soit 100% gagnante ! Venez, on vous explique pourquoi et comment marchés publics et auto-entrepreneurs font bon ménage.

Marchés publics et auto-entrepreneurs = duo gagnant !

Place au Chapitre 1, à savoir le pourquoi s’intéresser aux appels d’offres des marchés publics en tant qu’auto-entrepreneur ! Au programme : plusieurs avantages qu’on vous décrypte ici ;).

Avantage n°1 : étoffer et élargir votre clientèle !

De la même façon que les marchés publics représentent une opportunité pour les PME, ils incarnent aussi un levier de développement à fort potentiel pour les micro-entreprenises et auto-entrepreneurs ! Rappelons tout de même que les appels d’offres pèsent en moyenne 100 milliards d’euros par an, soit environ 6% du Produit Intérieur Brut français, rien que ça. Quand on cherche à démarcher, à trouver des projets et des nouveaux clients en tant que freelance, c’est donc une mine d’or à exploiter… à condition de bien s’y prendre bien sûr. Car cette source de clientèle n’est fructueuse que si on remporte un marché public ! Mais nous y reviendrons plus tard ;).

En tout cas, il est certain que le process de recrutement des marchés publics, qui passe obligatoirement par des appels d’offres permet à tout un chacun d’avoir ses chances.  Et pour cause, celui-ci consiste en un maître d’ouvrage, une institution ou une collectivité formulant un besoin précis sur une plateforme dédiée, besoin auquel les candidats (ou prestas externes) postulent sur un pied d’égalité. Eh oui, pas question que ce choix se fasse de façon arbitraire ! C’est la loi qui le dit.

Résultats ? D’une part, cette mise en concurrence permet aux commanditaires de faire le meilleur choix parmi les dossiers proposés. D’autre part, du côté des freelances et indépendants, c’est une opportunité rêvée pour élargir leur clientèle, mais aussi pour toucher une cible de clients qu’il aurait été difficile d’aborder autrement. En bref, si vous disposez des bonnes compétences et que vous avez les bons arguments en main pour convaincre vos interlocuteurs, vous pouvez tout à fait remporter un marché public, même en tant qu’auto-entrepreneur !

Avantage n°2 : gagner en visibilité

Essuyer un échec est courant dans les marchés publics, car la concurrence est rude ! Néanmoins, les refus ne sont pas toujours synonymes de perte de temps. Déjà parce qu’ils permettent de retravailler sa candidature en connaissance de cause pour se donner toutes les chances de réussir “la prochaine fois”. Ensuite, parce qu’il est commun d’être sollicité afin de travailler sur un autre projet similaire lorsque la candidature était satisfaisante mais qu’elle ne remplissait tout simplement pas tous les critères exigés pour la première mission. Peut-être même que celle-ci avait uniquement été écartée parce qu’un autre candidat proposait un tarif davantage préférentiel.

Ainsi, postuler à un marché public en tant qu’auto-entrepreneur, c’est aussi sortir de sa tanière pour se faire connaître, gagner en visibilité, se faire référencer et se faire repérer. À ne pas sous-estimer donc ! Car si votre choix n°1 n’est pas retenu, d’autres projets peuvent se profiler à l’horizon par effet de ricochet. En somme, quoi qu’il advienne, l’effort de départ peut vous rapporter gros et vous mettre sur la piste de nouvelles missions…

Avantage n°3 : tester votre offre 🙂

Promouvoir son activité auprès d’inconnus est une méthode très constructive pour vous tester. On entend par-là, tester la solidité de votre offre et de votre positionnement. Il s’agit ainsi de vous rendre compte que votre discours argumentaire est convaincant et que votre Business plan est réaliste. Si ces derniers tiennent la route, ils devraient, à minima, se refléter dans la notation attribuée par les acheteurs publics. Et ça, c’est un jugement très important quand on est auto-entrepreneur (notamment quand on démarre ou qu’on souhaite passer la seconde au niveau de son activité).

Mais alors, pourquoi cette évaluation compte autant ? Eh bien, parce qu’en travaillant seul(e), on a tendance à avoir la tête dans le guidon et manquer de recul sur l’offre que l’on propose, mais aussi sur la façon de se présenter aux prospects. En vous frottant au monde des marchés publics, vous pourriez bien obtenir des réponses concrètes en la matière et cibler vos faiblesses (le coût ou le manque de certifications par exemple). Une étape essentielle pour tirer des conclusions constructives et améliorer l’ADN de votre statut d’indépendant !

Les bonnes questions à se poser avant de postuler aux marchés publics en tant que freelance !

Maintenant que votre carrière d’auto-entrepreneur est ouverte à l’option “marchés publics”, zoom sur le Chapitre 2 : comment s’y prendre pour répondre aux appels d’offres en tant que freelance ? À vos marques, prêts, feux, lisez :).

Question n°1 : disposez-vous du temps suffisant pour postuler ?

Le principal frein au fait de postuler à un marché public est clairement lié à la question du temps. Car oui, on ne va pas se mentir, s’essayer aux appels d’offres est complexe et chronophage. Le travail requis pour réaliser un mémoire technique est important et on n’a pas toujours autant de temps à mobiliser pour une “simple” réponse. Mais, voilà, il y a un « mais » ;).

D’abord, cette “simple” réponse pourrait être reprise pour chaque marché public auquel vous souhaiteriez postuler en ajustant juste quelques critères pour coller au mieux aux attentes de l’acheteur public. De fait, mobiliser du temps pour la réalisation d’un mémoire technique en vaut la chandelle quand il s’agit de l’amortir sur toutes les futures réponses à envoyer ! Retour sur investissement garanti !

Ensuite, lorsque le temps vient vraiment à manquer, vous pouvez toujours faire appel à un professionnel du secteur (bonjour Odecia !) pour obtenir une ossature de mémoire technique prête à l’emploi, pensée pour vous aider à partir gagnant. Vous vous donnez ainsi plus de chances de voir l’investissement financier (à défaut d’un investissement de temps) amorti et récompensé par une plus grande probabilité de réussite :).

Je télécharge une trame de mémoire technique prête à l’emploi

Avant de trancher pour l’option qui vous correspondrait le mieux, demandez-vous si vous avez le temps de répondre à un marché public ou si c’est dans votre intérêt de déléguer une partie de l’élaboration et de la mise en page votre futur mémoire technique.

Question n°2 : vous faudrait-il envisager (ou non) de répondre à l’appel d’offres à plusieurs ?

Un auto-entrepreneur ne part pas perdant pour remporter un marché public. Néanmoins, il peut se retrouver confronté à de grosses structures en face comme concurrents… Ça peut en décourager plus d’un avant même de se lancer ! Autre frein quand on travaille en solo et qu’on s’apprête à tenter sa chance du côté des marchés publics ? Disposer du temps nécessaire pour répondre aux exigences opérationnelles et administratives attendues pour l’appel d’offre en question. Car une fois le contrat en poche, encore faut-il pouvoir assurer le bon déroulement du projet. Pas toujours simple quand on est la personne à tout faire et qu’on est le seul et unique interlocuteur !

C’est là tout l’intérêt de s’interroger sur l’éventualité de répondre à l’appel d’offres à plusieurs. Parce que plusieurs têtes pensantes marchent mieux qu’une ! En bref, ce choix consiste à s’entourer d’un ou de plusieurs prestas externes de confiance pour qu’ils pilotent une partie des missions. Cela permet aussi de répartir le travail, la charge mentale, le volume de tâches demandées et la pression du planning à tenir ;).

Alors oui, en faisant équipe avec un autre auto-entrepreneur ou avec une PME, vous pouvez utiliser votre complémentarité comme une véritable valeur ajoutée. C’est à la fois bénéfique pour votre organisation de travail afin de mener à bien le projet, mais aussi pour la solidité de votre dossier !

Autres avantages, le groupement d’entreprises permet d’additionner les moyens. Votre chiffre d’affaires est trop juste par rapport aux besoins de l’acheteur ? Avec de la cotraitance, le chiffre d’affaire de votre partenaire viendra s’additionner au votre. Que demandez de plus ?

D’un point de vue stratégique, ce choix est également une aubaine pour éviter d’être dépendant uniquement d’un seul projet sur une large période. Quand on est freelance, la variété de clients compte pour éviter toute dépendance économique et répartir l’origine des revenus.

Question n°3 : vos compétences vous donnent-elles des chances réelles de remporter l’appel d’offre ?

Au regard du temps que représente une réponse à un marché public, un auto-entrepreneur se doit d’être particulièrement sélectif quant aux appels d’offres auxquels il choisit de répondre.

La meilleure manière d’y parvenir, dans un premier temps, est de se faire une idée de la taille du marché. Plus le montant estimatif est important et plus les moyens mis en face, dont le chiffre d’affaires du ou des freelance, devra être important. N’oubliez pas, lorsque vous répondez à un marché public dont vous connaissez le montant estimatif, vous devez être en mesure d’avoir un chiffre d’affaires qui fait, à minima, le double.

Dans un second temps, il est primordial de lire dans le détail le cahier des charges et les critères d’évaluation mis en place par l’acheteur public, aussi appelé « pouvoir adjudicateur ». Ces éléments sont bien souvent visibles dans le règlement de la consultation (RC).

Ainsi, vous serez à même de savoir si vous disposez réellement des compétences, de la disponibilité et des caractéristiques requises pour remporter la mission. Ça vous évitera de travailler dans le vent le cas échéant !

Autre point de vigilance à avoir : l’aspect financier. En effet, même si vous pouvez avoir le droit à une avance, qui n’excède que très rarement 5% du montant total du marché public, le titulaire d’un appel d’offres ne peut demander le paiement de ses prestations que lorsqu’elles ont été réalisées et que l’acheteur public a constaté qu’elles sont conformes aux obligations contractuelles. C’est ce que l’on appel le principe du règlement  » à service fait « . Dans ce cas, je ne peux que vous conseiller de vous rapprocher de l’acheteur public pour essayer de mettre en place des acomptes. À partir du service fait, le pouvoir adjudicateur a 30 jours pour vous payer (50 pour les établissements de santé). C’est donc le moment de vous interroger sur la trésorerie qui est la vôtre et vous demander si elle est suffisante ou non pour tenir jusqu’au paiement.

Question n°4 : où trouver les appels d’offres ?

Pour entrer dans le monde des marchés publics en tant que freelance, voici trois espaces tout indiqués pour démarrer votre veille :

  • Le bulletin officiel des annonces de marchés publics (le BOAMP),
  • Le journal officiel de l’Union européenne (le JOUE),
  • Mais surtout : les sites de vos collectivités locales. Après tout, pouvoir toucher des acteurs situés dans votre zone géographique est un véritable atout pour un freelance de part l’argument « proximité » !

Il ne reste plus qu’à se lancer, appliquer les bonnes pratiques vues ici et croiser les doigts ;).