Quels sont les critères d’évaluation d’un appel d’offres ?

Accueil » Actualités » Quels sont les critères d’évaluation d’un appel d’offres ?

Les critères d’évaluation sont à l’appel d’offres ce que Tom est à Jerry : indispensable. Eh oui, pour toute activité confondue, la note obtenue en postulant à un marché public est attribuée en fonction de ces derniers, alors, autant leur attribuer toute l’attention qu’ils méritent ! Pour vous briefer sur le sujet, on a passé en revue le gratin des critères d’évaluation, et puis… on les a étoffés d’astuces à copier-coller, histoire qu’ils n’aient plus aucun secret pour vous ;).

Les critères d’évaluation : déterminants pour la notation à un marché public ! 💯

Avant de rentrer dans le vif du sujet, sachez que si les critères d’évaluation à un marché public ne sont pas anodins, c’est tout simplement parce qu’ils conditionnent la manière dont vous devez aborder et préparer votre réponse.

Concrètement, cela signifie que les acheteurs publics vont vous demander de fournir différents éléments (prix, qualification, engagement, organisation…) afin de vous juger et de déterminer quelle est l’offre la plus avantageuse. Ce sont donc ces critères qui leur permettent de choisir l’heureux élu pour mener à bien le marché public. Autant dire qu’il est impensable de les prendre à la légère !

Zoom sur les critères d’évaluation les plus récurrents ♻

Le saviez-vous ? Il existe deux grandes familles de critères d’évaluation : le prix et l’aspect technique. Deux paramètres indispensables et complémentaires puisque leur pondération reste relativement équilibrée d’un marché public à un autre !

1. Les critères d’évaluation liés au prix 💰

De la même façon qu’une recherche d’emploi va de pair avec une grille salariale, la réponse à un marché public est indissociable d’une estimation de coûts plus ou moins compétitive. Pour vous, l’enjeu est donc de déterminer quelle stratégie vous comptez adopter pour que votre candidature soit retenue, ou du moins, pour mettre toutes les chances de votre côté afin qu’elle tape dans l’oeil des acheteurs publics.

Au menu, deux possibilités :

  • Proposer des tarifs basés sur la fourchette haute de l’appel d’offres en justifiant ce positionnement par un vrai « plus » apporté en contrepartie : une qualité d’exception, la réalisation du projet dans des délais très serrés ou une expertise spécifique.
  • Proposer des tarifs beaucoup plus concurrentiels (basés sur la fourchette basse de l’appel d’offres). L’objectif ici est de vous différencier des concurrents pour inciter les acheteurs publics à vous sélectionner (une offre économiquement avantageuse, ça interpelle, non ?). Dans ce cas, l’idéal est de sélectionner des marchés publics dont les critères d’évaluation sont majoritairement portés sur le prix. Vous pourrez ainsi davantage espérer les remporter !

Bon à savoir :

En règle générale, plus un appel d’offres est concurrentiel, plus le critère « prix » a du poids sur la note finale.

Par exemple, lorsque le secteur concerné ne requiert pas une technicité pointue (ce qui est notamment le cas d’un chantier de peinture comparé à un chantier de surélévation de toiture), l’estimation du coût va plus peser sur la balance que l’aspect technique.

De ce fait, la note globale attribuée ne sera pas fondée sur une répartition à 50/50 entre les critères d’évaluation prix et technicité : elle reposera davantage sur un 60% (pour le critère prix) vs un 40% (pour le critère technique). Vous nous suivez ?

2. Les critères d’évaluation liés à l’aspect technique 🛠

Après le budget, place aux critères techniques ! C’est-à-dire… tous les moyens et toutes les mesures déployés pour mener à bien la prestation attendue par les acheteurs publics. Voici quelques exemples des principaux critères requis lors d’un appel d’offres (attention, cette liste est non-exhaustive 😉) :

  • Les moyens humains (le nombre de personnes affectées au projet ou au chantier, leur expertise, la répartition des missions…)
  • Les moyens techniques (les véhicules nécessaires, le matériel utilisé…)
  • La qualité technique garantie (les années d’expériences, les certifications spécifiques…)
  • L’organisation mise en place (les délais d’exécution et de livraison prévus, les modes opératoires pour exécuter la prestation…)
  • La démarche de contrôle qualité
  • Les mesures de sécurité, de santé et d’hygiène
  • La politique RSE (Responsabilité Sociétale de l’entreprise) avec les performances environnementales

Soit un condensé de critères qui déterminent le plan pour rédiger votre mémoire technique :). Pratique ! Sans compter que selon le métier exercé, certains de ces éléments reviennent de façon récurrente dans les attentes des marchés publics. Ce qui signifie, si vous lisez entre les lignes, qu’il vous suffit de détailler l’ensemble de ces critères une fois, puis de réutiliser votre descriptif à volonté ! On y reviendra, don’t worry.

Les bons tips à appliquer au sujet des critères d’évaluation 🎯

Connaître les critères d’évaluation (via le règlement de consultation, communément appelé RC), c’est bien. Avoir en tête les bonnes astuces pour les valoriser, c’est mieux ! En ce sens, on a deux conseils d’ami à vous souffler ;). Go !

1. Plus vous détaillez les critères d’évaluation, plus vous vous assurez une bonne note

Eh oui, il n’y a pas de secret. Un contenu léger pour évoquer chaque critère d’évaluation ne fait pas le poids versus une réponse précise et approfondie. Déjà, parce que c’est une façon comme une autre de se différencier des autres candidats (n’oublions pas que la notation est comparative, c’est-à-dire que l’acheteur analyse votre mémoire technique VS celui d’un de vos concurrents). Ensuite, parce que plus vous entrez dans le détail pour argumenter le prix proposé, les moyens humains ou le matériel employé…etc., plus vous gagnez en crédibilité, plus vous êtes convaincant et plus la note sera bonne. Pas question alors de se contenter du strict minimum !

2. Réaliser une trame avec les critères récurrents : la bonne idée pour gagner du temps

Le point commun des différents marchés publics qui s’offrent à vous ? Des critères d’évaluation qui reviennent en boucle ! Selon l’activité exercée, il convient donc de repérer les similitudes et les informations récurrentes demandées de façon à capitaliser sur ces éléments pour rédiger un mémoire technique « recyclable » qui vous sera utile sur le long terme. Par exemple, si vous remarquez que la note repose constamment sur les moyens humains, les moyens techniques, l’organisation choisie et la politique RSE, autant mettre le paquet dans le descriptif et l’argumentaire pour ces 4 points (photos, exemples d’autres chantiers et certifications à l’appui).

Sans oublier que de votre côté, ces critères d’évaluation ne changent pas du jour au lendemain. Ainsi, le nombre de personnes mobilisées pour une prestation X est souvent sensiblement le même pour une prestation Y. Il en est de même concernant la politique environnementale menée ou le matériel mis à disposition ! Et pour cause, tous ces aspects font partie de votre ADN, alors, autant les utilisez pour réaliser un seul et unique document où vous prenez le soin de les vanter intelligemment en entrant autant que possible dans le détail ;).

Notre suggestion : prendre le temps de rédiger un mémoire technique complet, détaillé et efficace avec chacun de ces critères, et l’utiliser pour chaque réponse à un appel d’offres. Vous gagnerez ainsi du temps et pourrez renouveler facilement votre candidature. D’ailleurs, on a de quoi vous guider puisqu’on avait résumé ici les meilleurs conseils pour optimiser votre futur mémoire technique ;). Si vous manquez de temps et que la charge de travail pour réaliser ce document vous décourage à l’avance, pas de panique. L’autre option, c’est de télécharger un modèle de mémoire technique prêt à l’emploi qu’il vous suffit de personnaliser :). Elle est pas belle la vie ?

Je télécharge une trame de mémoire technique prête à l’emploi