Comment travailler avec une Mairie sans répondre à un appel d’offres ?

Accueil » Actualités » Comment travailler avec une Mairie sans répondre à un appel d’offres ?

Lorsque vous pensez « Mairie », et plus globalement « acheteurs publics » vous imaginez déjà toutes les galères dans lesquelles vous allez vous embarquer pour répondre à un appel d’offres.

Enlevez-vous cette pensée de la tête !

En effet, dès que le besoin estimé est inférieur à un certain montant, vous pouvez travailler en direct avec les acheteurs publics ! C’est ce que l’on appelle un marché public de gré à gré.

Mais alors, comment faire pour travailler en direct avec un acheteur public ? Comment trouver la bonne personne à contacter ? Comment le convaincre ?

Nous vous expliquons tout cela dans l’article qui suit.

Un seuil qui change fréquemment

A ce jour, lorsque le besoin d’un acheteur public est inférieur à 40 000 €, ce dernier peut passer commande hors toutes procédures d’appels d’offres.

Il peut ainsi sélectionner son fournisseur sur devis.

A ce sujet, beaucoup de collectivités territoriales demandent 3 devis à 3 fournisseurs différents afin de comparer les offres les unes avec les autres. Ce process permet ainsi sélectionner l’offre économiquement la plus avantageuse.

Attention, cela ne veut pas forcément dire la moins cher. L’offre économiquement la plus avantageuse est bien souvent celle dont le rapport qualité / prix est optimal.

Cette règle, non inscrite dans la loi, est un moyen de respecter la bonne utilisation des deniers publics.

Prospecter pour vous faire référencer !

Eh oui, vous pouvez très bien travailler avec un acheteur public suite à une prospection téléphonique, mail ou autre.

Je vais vous raconter une anecdote qui m’est arrivée lorsque je travaillais dans une grande collectivité territoriale.

A cette époque, je gérais les contrats d’assurance, et notamment celui de la flotte automobile. Avec plus de 1000 agents, vous imaginez bien l’importance de ces contrats. Nous avions un taux de sinistralité trop élevé et nous devions repasser nos marchés publics d’assurance.

Autant vous dire que la partie était mal engagée…

Pour autant, nous avions pour objectif de mettre en place un système de tracking pour l’ensemble de nos véhicules. Au même moment, une entreprise qui réalisait ce genre de prestation, nous contacte par mail. Nous les avons reçus et fait affaire avec eux.

Cela vous donne envie ? Et bien attendez la suite.

Un acheteur public, aussi appelé pouvoir adjudicateur, a besoin d’avoir à disposition un vivier d’entreprises de qualité : problèmes de fuites à l’école, dégradation diverses et variées, entretien des véhicules… Autant de problématiques qui demandent l’intervention d’un professionnel.

Cependant, comment faire appel à vous, si l’acheteur public n’a pas connaissance de vos services ?

Pour ce faire, vous devez être référencé auprès de l’acheteur :

Cette première étape passée, il va falloir que vous trouviez la personne à qui vous adresser. Nous y venons !

Trouver le bon interlocuteur

Un acheteur public a bien souvent un mode de fonctionnement qui lui est spécifique.

Pour autant, et en fonction du type d’acheteur public (collectivités territoriales, établissements publics, état…), vous allez retrouver une organisation bien souvent similaire.

D’un côté les élus, Maires, Président, conseillers municipaux, qui ont pour objectif d’impulser une politique.

De l’autre, et c’est à eux que nous allons nous intéresser, les agents. Si l’on prend l’exemple d’une mairie, vous allez retrouver à leur tête, un Directeur Générale des Services (DGS). Son rôle : mettre en place les politiques impulsés par les élus.

La Mairie, en fonction de sa taille, se déclinera ensuite en plusieurs services que sont les services techniques, les services généraux, le service des sports, le service urbanisme…

En fonction de votre métier, il s’agira de vous interroger sur le service le plus à même de gérer vos prestations :

  • Vous êtes une entreprise de travaux ? Adressez-vous à la direction des services techniques (directeur des services techniques, directeur des bâtiments…) ;
  • Vous êtes informaticiens et souhaitez vendre des logiciels ? Contactez le service informatique ou les moyens généraux (directeur des services informatiques…).

Les règles sont les mêmes que dans le privé, il faut trouver le bon interlocuteur puis le convaincre de la qualité de vos services. Ainsi, vous pourrez décrocher votre premier marché public de gré à gré.

Vous souhaitez mieux connaître l’organisation des acheteurs publics ? Téléchargez gratuitement notre livre blanc en cliquant-ici.

Commune

Pensez à respecter certaines règles

Lorsque les acheteurs publics passent un appel d’offres, ils ont pour obligation de respecter 3 grands principes que sont :

  • La liberté d’accès ;
  • L’égalité de traitement ;
  • La transparence.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ces 3 grands principes, je vous invite à parcourir l’article suivant : cliquez ici

Dans cette optique, un acheteur ne pourra vous recevoir si un marché public est en cours et que celui-ci correspond à votre secteur d’activité.

Ne soyez donc pas étonné qu’il ne donne suite à votre demande. Attendez simplement que l’appel d’offres soit attribué puis retenter votre chance.

Travaillez avec un acheteur en deçà de 40 000 € vous permettra de comprendre les attentes et le mode de fonctionnement de celui-ci.
Ainsi, si d’avenir un appel d’offres répond à ce que vous êtes capables de faire, vous saurez vous positionner plus facilement que vos concurrents.

Vous disposez d’une offre susceptible d’intéresser les acheteurs publics ?

Commencez par prospecter votre mairie, l’école de vos enfants… Parlez-en aux personnes que vous connaissez et qui travaillent dans le public. C’est le meilleur moyen d’obtenir son premier marché public de gré à gré !

Besoin d’en savoir plus ?

Contactez-nous