Créer un mémoire technique de BTP, mode d’emploi

Accueil » Actualités » Créer un mémoire technique de BTP, mode d’emploi

 

Dans la famille des marchés publics, j’appelle les métiers du bâtiment ! Eh oui, à l’heure où l’ennemi public n°1 s’appelle 2020, pour les entreprises de plomberie, peinture, terrassement, couverture et autres, les appels d’offres incarnent plus que jamais des opportunités à ne pas manquer. Reste à savoir comment bien rédiger un mémoire technique dédié au BTP pour mettre toutes les chances de son côté et remporter de futurs appels d’offres. Suivez-nous, on va tout vous raconter ;).

Appels d’offres : pourquoi le BTP a tout à y gagner

Un petit topo pour commencer, ça vous dit ? L’occasion de mettre à plat les trois qualités majeures des marchés publics au regard des artisans peintres, maçons, charpentiers, et autres métiers dédiés aux travaux.

Vous verrez pourquoi ça vaut le coup de créer un mémoire technique spécial BTP !

La commande publique, une vraie source de business !

 

Du haut de ses 87,5 milliards d’euros d’achats par an*, la commande publique représente un levier d’affaires considérable pour développer son business, asseoir sa notoriété et élargir le champ des possibles.

Et pourtant, les entreprises de gros œuvre et de second œuvre ne s’y intéressent pas toujours… à tort ! Car la commande publique s’est démocratisée et est désormais plus facilement accessible à toutes les entreprises.

Pas question alors que la méconnaissance du domaine ou les idées préconçues prennent le dessus.

* D’après le portail des marchés publics pour les PME

Une stratégie efficace… surtout en 2020

 

2020, c’est l’année cata du “vous savez quoi”. Autant dire que les appels d’offres sont plus que jamais les bienvenus pour relancer l’activité et décupler les opportunités de chantier !

Sans oublier que la commande publique offre la garantie d’un paiement sous les 30 jours. En ces temps moroses, ça fait la différence !

Alors, si vous tournez en rond au niveau des projets pro, pourquoi ne pas frapper à la porte des marchés publics spécial travaux ? Le seul risque serait de ne pas essayer. Bref, amis du bâtiment, il est temps de saisir sa chance et de poser sa candidature ;).

1 mémoire technique = plusieurs appels d’offres

 

Autre bonne nouvelle pour le secteur du BTP : être face à des besoins et critères de sélection très similaires d’un projet et d’un secteur à un autre. Ainsi, rédiger un mémoire technique de peinture ou un mémoire technique de maçonnerie… ça revient quasiment au même.

De la même façon, le mémoire technique pour un projet A ou pour un projet B dans un domaine précis (le ravalement de façade ou le terrassement par exemple) garde plus ou moins la même morphologie.

Si on résume, les critères requis dans le BTP permettent d’allier gain de temps et efficacité en ce qu’ils reviennent en boucle pour tous type d’appel d’offre.

D’où l’intérêt de prendre le temps de créer un mémoire technique qu’il suffira ensuite de garder sous le coude et de personnaliser selon l’offre et l’expertise attendue !

Exemples concrets

En se basant sur le même mémoire technique, une entreprise tout corps d’état peut aussi bien répondre à un appel d’offres d’isolation que de maçonnerie. Et ce, à quelques modifications près.

De même, les experts d’un secteur d’activité précis (un carreleur par exemple) peuvent réitérer facilement leur chance auprès des marchés publics. Le tout, sans avoir à réaliser un dossier en repartant de zéro !

Les appels d’offres spéciales BTP, comment ça marche au juste ?

Étape n°1 : mettez-vous en mode veille !

 

Il ne suffit pas de savoir que les marchés publics sont générateurs d’affaires pour savoir comment ils fonctionnent.

  • Première étape pour entrer dans la danse ? Faire de la veille sur une ou plusieurs plateformes spécialisées en marché public (du type NouMa.fr, marcheonline.com ou E-marchespublics.com).
  • Ensuite, la démarche est la même que sur les sites de recherches d’emploi. Il s’agit d’écrire dans la barre de recherche du site le nom de votre activité (maçonnerie, électricité ou charpentier par exemple) et de jeter un coup d’œil aux offres qui s’affichent : c’est-à-dire, celles qui sont en lien avec votre savoir-faire.

Notre conseil ?

Ne pas hésiter pas à taper plusieurs variantes de mots clés pour votre métier. Ça ne coûte rien et ça permettra d’affiner votre recherche.

Ainsi, si vous êtes couvreur, faites une tentative avec le mot “couvreur”, mais aussi avec le mot “couverture”, ou encore avec le groupe de mots “entreprise de couverture”.

Vous l’avez compris, l’idée est de couvrir le champ lexical de votre expertise pour être sûr de ne louper aucune offre en lien avec votre activité !

  • Il ne reste plus qu’à passer en revue les appels d’offres qui s’affichent. Faites ensuite le tri sur les annonces qui peuvent vous correspondre. À cet effet, surveillez de près ces trois éléments clés : l’objet du marché (travaux et prestations attendus), la date limite de réponse et le type de procédure de sélection.

Étape n°2 : préparez votre mémoire technique… et envoyez-le

 

Deuxième étape ? Préparer votre mémoire technique de BTP ! Celui-ci est LA clé pour accéder à la grande majorité des marchés publics. Pas question alors de le bâcler !

On en parlera plus précisément plus bas, mais grosso modo, il s’agit de détailler chaque critère d’évaluation technique attendu par l’acheteur public.

Une fois que le document est prêt, envoyez-le au destinataire (l’acheteur public) et croisez les doigts ;).

Étape n°3 : attendez la note de l’acheteur public (et priez)

 

Pour en revenir à l’acheteur public, celui-ci va attribuer une notation aux différents mémoires techniques reçus. Vous l’avez deviné, celui qui obtient la meilleure note l’emporte !

À savoir que celle-ci se base sur deux éléments : le prix et les critères techniques (qui par chance, sont très établis pour le secteur du BTP).

Autant vous dire que pour être l’heureux élu, inutile de compter sur le petit bonheur la chance : tout repose bel et bien sur un mémoire technique complet et efficace.

Reste à savoir comment s’y prendre pour y parvenir avec brio. On regarde ça ensemble dans le paragraphe suivant ? Allez !

Mémoire technique Démolition, curage, terrassement, désamiantage : page de garde - couleur bleue – version gold

Créer votre mémoire technique de travaux, trois possibilités

Option 1 : rédigez vous-même le mémoire technique de BTP

 

Yes, you can ! Après tout, si vous avez une bonne plume et la patience pour monter un dossier, pourquoi ne pas essayer ?

Commencez par télécharger le DCE

 

Le quoi ? Le DCE, Dossier de Consultation des Entreprises :).

Celui-ci se trouve en pièce jointe sur l’annonce de l’appel d’offres de l’acheteur public. Il vous suffit alors de télécharger ce qu’on appelle le “règlement de la consultation” (RC pour les intimes), car c’est sur ce document que sont indiqués les critères d’évaluation techniques propres à votre activité.

Si vous avez lu entre les lignes, oui, ces caractéristiques sont incontournables pour comprendre ce que les acheteurs publics attendent de vous !

Prenez les critères d’évaluation et faites-en le plan du document

 

Vous aurez notamment :

  • Les moyens humains et techniques affectés au chantier ;
  • L’organisation mise en place ;
  • La démarche contrôle et qualité ;
  • Le mode opératoire ;
  • La politique d’hygiène et de sécurité (pour l’installation d’un échafaudage, la protection du sol avec des bâches, le port du casque par les ouvriers…) ;
  • La politique RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale) ;
  • Ou même le plan particulier de sécurité et de protection de la santé (mesures d’hygiène, de sécurité et de santé en période de Coronavirus)

Détaillez ensuite chaque critère technique un par un

 

Le but, une fois que votre plan est prêt ? Présenter et détailler l’ensemble de ces critères techniques point par point.

L’objectif ? Expliquer comment vous comptez répondre aux attentes de l’acheteur public de façon concrète et précise. Bien entendu, n’hésitez pas à faire ressortir vos forces et vos « plus » !

Après tout, il s’agit de vous démarquer de la concurrence et faire en sorte que l’acheteur public ait envie de vous choisir vous plus qu’une autre entreprise !

Deux tips pour y parvenir avec brio

Pour vous assurer que vous vous êtes montré suffisamment clair, transparent et convaincant, n’hésitez pas à faire relire votre mémoire technique de travaux par vos associés. Peut-être qu’il(s) auront des remarques constructives permettant d’optimiser le document. On n’a qu’une seule chance de faire bonne impression, alors, rien ne doit être laissé au hasard !

Par ailleurs, si vous êtes face au syndrome de la page blanche, n’hésitez pas à débloquer la situation en vous posant les bonnes questions. « Quel est le déroulement d’un chantier type dans mon entreprise ? Quels est notre valeur ajoutée vis-à-vis des clients ? Quelles précautions prenons-nous lors de la réalisation d’un chantier ? ». Tout pour que l’inspiration revienne au galop ;).

Option 2 : répondez aux appels d’offres du bâtiment… à plusieurs !

 

Le saviez-vous ? Faire cavalier seul n’est pas l’unique option pour répondre à un appel d’offres. En effet, si vous tenez à répondre à un marché public incluant des expertises qui ne sont pas les vôtres, vous pouvez sous-traiter ou créer un groupement momentané d’entreprises. Parfois, l’union fait la force !

Si cette possibilité vous intéresse, rendez-vous ici pour en savoir plus ;).

Option 3 : achetez une trame de mémoire technique toute faite 🙂

 

Si vous êtes déjà surmené par la paperasse au quotidien, que la rédaction du mémoire technique de bâtiment vous effraie ou que vous ne pensez pas avoir le temps de pouvoir monter un dossier dans les temps impartis : pourquoi ne pas acheter une trame de mémoire technique prête à l’emploi ?

Voilà une solution efficace pour accéder à la commande publique sans prise de tête !

En prime, vous êtes assuré de vous appuyer sur un dossier béton qu’il suffira de personnaliser par petites touches.

Je télécharge mon mémoire technique prêt à l’emploi

Deux derniers conseils pour mettre toutes les chances de votre côté !

Personnalisez bien le document final

 

On vient d’en parler, et si on en reparle, c’est parce que la personnalisation du document final est vraiment un point essentiel !

À vrai dire, un mémoire technique de BTP, c’est comme une lettre de motivation. On ne peut pas la copier-coller sans la personnaliser un minimum, au risque que la personne en face (l’acheteur public donc) ne puisse pas s’approprier pleinement votre dossier.

Eh oui, pour qu’il vous choisisse vous, il est indispensable qu’il retrouve les besoins et attentes mentionnés dans l’offre. C’est ainsi qu’on revient aux critères d’évaluation ;).

N’oubliez pas la planète !

 

Ça vous étonne si on vous dit de porter un soin particulier à la section “politique RSE” de votre mémoire technique de travaux ? Nous non plus !

Et c’est normal, puisque de nos jours, avoir un geste pour la planète et la société est de moins en moins considéré comme une option facultative.

C’est donc dans votre intérêt (en plus de votre bonne conscience) de mener une démarche environnementale et/ou sociétale. Vous pourrez ainsi montrer que vous avez pensé au tri des déchets, aux économies d’énergie sur le chantier, aux produits respectueux de l’environnement ou à l’emploi de personnes handicapées, et faire la différence…

Sur ce, le mémoire technique de bâtiment n’a plus de secret pour vous ;). À vous de jouer !